Oui, c’est çà : luttons contre la pauvreté !

Depuis 1944(conférence de Bretton Woods), date de création des institutions financières internationales(IFI), la pauvreté n’a cessé de progresser. Les pays les plus riches sont devenus plus riches et les pays les plus pauvres sont devenus plus pauvres…

Force de constater que cette politique est un échec.

le commerce international a été multiplié par 19,3 et le développement économique par 6 entre 1950 et 1999(OMC), la pauvreté n’a pas baissé dans les même proportions, au contraire : selon le PNUD, depuis 1980 « le déclin ou la stagnation  économique a affecté une centaine de pays, réduisant les revenus de 1,6 milliards de personnes ».

Au sein de la banque mondiale (BM) elle-même, l’OED (département d’évaluation des opérations) constate : « la pauvreté a empiré […]. Le nombre de pauvres vivant avec moins de un dollar américain par jour est passé de 1,197 milliard en 1987 à 1,214 milliard en 1997 »

Selon Joseph E. Stiglitz – Prix Nobel d’économie 2001 (Il a démissionné de son poste de n° 2 de la Banque Mondiale après avoir critiqué le « consensus de Washington ») :  » Parmi les institutions internationales, seule la banque mondiale a pour mission de réduire la pauvreté. Le FMI est supposé assurer la stabilité financière mondiale. Quant à l’OMC, elle doit faciliter le commerce international. Malheureusement la façon dont ces deux dernières institutions cherchent à remplir leurs mandats a probablement contribué à accroître la pauvreté. La libéralisation commerciale, je le répète, a été organisée pour les pays riches. Le mélange des politiques économiques de libéralisation et des politiques économiques restrictives imposées par le FMI a créé un cocktail aux effets dramatiques pour les pays en voie de développement. »

Face à ce constat et compte tenu des dernières orientations prises par nos politiques, tout le monde doit s’interroger

Pourquoi donc s’obstiner à continuer dans cette logique qui ne même qu’à l’échec pour la plus grande partie de la population ?

Pourquoi nos dirigeants ne veulent pas expérimenter d’autres politiques plus « durables » ?

Doit-on donner la primauté à l’économie face au social ?

Comment les citoyens, que nous sommes tous,  peuvent décider du choix de société dans laquelle ils veulent vivre ?

Vivons-nous réellement dans des démocraties ou sommes nous de plus en plus menacés par une nouvelle forme de dictature ?

MP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s