La lutte des classes : réalité ou fiction ?

Voici quelques opinions émises, sur la lutte des classes, par des personnalités relativement éloignées de l’idéologie marxiste mais pour qui c’est une réalité.

luttedesclasses

Adam Smith : « On n’entend guère parler de Coalitions entre les maîtres, et tous les jours on parle de celles des ouvriers. Mais il faudrait ne connaître ni le monde, ni la matière dont il s’agit, pour s’imaginer que les maîtres se liguent rarement entre eux. (…) Ces complots sont toujours conduits dans le plus grand silence et dans le plus grand secret jusqu’au moment de l’exécution; et quand les ouvriers cèdent comme ils font quelquefois, sans résistance, quoiqu’ils sentent bien le coup et le sentent fort durement, personne n’en entend parler. » (Richesse des Nations, chapitre 8, livre I)

Le milliardaire Warren Buffet : « La lutte des classes existe, et c’est la mienne, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner. »

Paul Krugman (prix Nobel d’économie) : « Consciemment ou non, les décideurs politiques répondent presque exclusivement aux intérêts des rentiers – ceux qui tirent beaucoup de revenus de leur patrimoine, qui ont prêté de grosses sommes d’argent par le passé, souvent à mauvais escient, mais qui sont maintenant protégés des pertes aux dépens de tout le monde. »

Thomas Piketty (Economiste proche du Parti Socialiste) : « Et surtout, on assiste aujourd’hui à une vraie régression. Les privilèges de naissance et le patrimoine viennent concurrencer le capital humain, le mérite. C’est un type d’inégalité violent, que l’on croyait avoir dépassé. Je pense possible un retour des structures de classes plus proches du XIXe siècle que de celles des Trente Glorieuses. »

François Mitterrand : « Les maîtres de l’argent, l’argent, l’argent, les nouveaux seigneurs (…), c’est une lutte de classes entre ce petit groupe de privilégiés et la masse des salariés » Discours à la Porte de Versailles, le 2 décembre 1972.

François Guizot : « Je ne voulais que résumer l’histoire politique de la France. La lutte des classes remplit ou plutôt fait toute cette histoire. On savait et on disait cela bien des siècles avant la révolution. On le savait et on le disait en 1789, on le savait et on le disait il y a trois mois. Bien qu’on m’accuse maintenant pour l’avoir dit, je ne pense que personne l’ait oublié. (…) ce n’est point là une théorie, ni une hypothèse ; c’est le fait lui-même dans toute sa simplicité. (…) Loin qu’il y ait quelque mérite à le voir, il est presque ridicule de le contester. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s