Amours déçus: Conséquences du vote affectif.

Une déception amoureuse est toujours douloureuse à subir, mais parfois elle fait l’effet d’une claque qui peut remettre les idées en place.

Dans le cas du vote, le choix est trop souvent  guidé par notre propre affect et malheureusement pour nous, les bonimenteurs l’ont bien compris. Macron est l’incarnation parfaite de ces bonimenteurs BCBG.

Le réveil est sûrement douloureux pour ceux qui en sont victime mais il est nécessaire et il est surtout nécessaire de retenir la leçon pour les prochains votes.

En tout cas, ceux-ci sont courageux.

Publicités

Loi sur les « fake-news » = censure privée

Au moment où l’assemblée s’apprête à légiférer sur les « fake-news », il est intéressant de voir comment notre liberté de s’informer va s’étioler et basculer encore plus dans une dictature douce où les multinationales feront la loi dans la vie publique et dans nos esprits.

Tout est expliqué dans cet excellent discours de Jean-Luc Melenchon à l’assemblée ! Évidement ce type de discours est bien occulté par les médias de masse.

« Amis cheminots, tenez bon, car votre combat est de portée universelle. »

Je reprends ici un article publié sur le site de radio-univers. Pas besoin d’en rajouter, tout est dit.

Capture d’écran 2018-04-10 à 13.23.33=======

« Les Anglais paient leur transport trois à quatre fois plus cher que nous. Voulons-nous vraiment cela ? Le « service privé au public » qu’on nous propose comme alternative au service public authentique est une mystification. L’intérêt général n’y est pas aussi essentiel car il doit composer avec l’intérêt particulier. La mise en concurrence prépare inéluctablement la privatisation (…).

L’ouverture au capital privé, à terme, fera éclater le service public du rail, et, à travers lui, l’égalité des usagers, qui deviendront financièrement tributaires des limites de leurs lieux de vie. Aux uns, les TGV, aux autres, les autocars. Qui peut oser dire que le confort est le même, sinon les nantis qui ne souffriront pas des inégalités régionales et sociales? Et tout cela au détriment de la responsabilité écologique.

Amis cheminots, tenez bon, car votre combat est de portée universelle. Au-delà de vos conditions de travail et de vie, qu’aucun prétexte ne doit permettre de négliger, vous défendez l’intérêt général. A rebours du dénigrement médiatique, nous sommes de plus en plus nombreux à vous soutenir, car votre mouvement est exemplaire. Vous portez l’idéal solidariste du service public. Votre lutte est un gage d’avenir. Celui d’une société qui préserve le sens du bien commun. »

Le combat des cheminots est vital pour la défense du service public, estime ainsi le philosophe Henri Pena-Ruiz qui voit juste et clair. L’extrait ci-dessus est tiré de sa tribune parue dans Libération du 9/04 titrée « C’est l’intérêt général que défendent les cheminots« .

Mais c’est en premier lieu par un rappel salutaire aux principes historiques du Conseil National de la Résistance que débute sa tribune:  » A la Libération, la France a choisi de lier la reconquête de sa liberté au souci de justice sociale. D’où le programme du Conseil national de la Résistance. La Sécurité sociale s’est construite sur l’admirable principe qui veut que l’on cotise selon ses moyens et que l’on reçoive des soins selon ses besoins. Délivré de la loi du marché, le sens du bien commun a prévalu.
L’idée de service public, déjà incarnée en 1937 par la SNCF avec le Front populaire, permet à chaque personne d’accéder aux biens de première nécessité. Santé, instruction et culture, accès à l’eau et à l’énergie, au transport doivent être à la portée de tous sans que pèsent les inégalités géographiques et sociales. D’où la nécessité de services publics de caractère national, tournés exclusivement vers l’intérêt général. La France a ainsi montré la voie d’une société solidaire et juste, soucieuse des biens communs, et de la solidarité redistributive. L’Europe aurait pu faire de même.
Malheureusement, c’est l’homme d’affaires atlantisme Jean Monnet qui en a impulsé la construction par le biais d’une économie dissociée du social. L’ultralibéralisme a vu tout le parti qu’il pouvait tirer d’une telle Europe, y compris sur le plan idéologique (…). »

Ainsi, la tribune d’Henri Pena-Ruiz porte-t-elle en sous-titre: « Les hommes du rail ne sont pas des privilégiés, mais l’avant-garde d’un mouvement de préservation des biens communs. Les Britanniques peuvent témoigner des effets de l’ouverture à la concurrence, et à la privatisation. »

Voici donc un rappel salutaire des principes du CNR à l’heure où, par ailleurs, une opération de destruction militaire avec 2500 gardes mobiles, hélicoptères, blindés, etc., a pris place depuis lundi contre une cinquantaine d’habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes où les journalistes sont interdits – ils doivent se contenter des images officielles fournies « gracieusement » par les forces de l’ordre, ce qui constitue une atteinte à la liberté d’informer. D’où cette question « La liberté d’informer est-elle toujours d’actualité en France ? » que pose le Syndicat national des journalistes (SNJ), premier syndicat de la profession, dans un communiqué publié cet après-midi, à lire ici. Comme celui du SNJ-CGT à lire .

Rappel salutaire, par ailleurs encore, lorsque les hôpitaux sont sacrifiés, lorsque des universités deviennent des centres de répression policière ou de groupes fascistes, lorsque une loi dite « intérieure » discrimine les réfugiés. Se pose alors une seule question possible, celle de Pena-Ruiz : Voulons-nous vraiment cela ?

D.D

 

Victoire sur Google !!!

Quelques semaines plus tard , victoire !

Il y a quelques mois je publiais dans ce blog un article prouvant que les moteurs de recherche sur internet sont utilisés également pour manipuler l’opinion à des fins politiques. Suite à cette parution (qu’il est nécessaire de lire avant d’aller plus loin dans cet article) et surtout à la publication de la vidéo (ici vers la 33 ème minute) sur le même sujet par Jean-Luc Mélenchon lui même Google a été obligé de faire marche arrière pour éviter de perdre la face.

Que voit-on maintenant sur Google lorsqu’on l’interroge sur Mélenchon ?

Surprise !!!

L’image a changé !

Maintenant c’est bien l’image originale de wikipédia qui est affichée et non une image dévalorisante comme par le passé. A l’évidence, la manipulation a ses limites et lorsque ce type de méthode est dénoncé, les propagandistes font marche arrière de peur d’être découverts et à leur tour montrés du doigt. Cet exemple ultra-simple, nous montre que malgré que nous puissions être facilement et subtilement influencés, nous pouvons (ce qui est très positif) agir pour contrer le pouvoir de manipulation de ces médias. Il faut pour cela continuer de cultiver notre esprit critique et ne pas hésiter à agir pour dénoncer ces méthodes. La preuve, çà marche !

MP

 

Coût de l’élection présidentielle 2017 pour les citoyens français …

41 Millions d’euros !

C’est la somme que nous a coûté les élections présidentielles 2017… Cette somme correspond au remboursement par l’état d’une partie des coûts de campagne.

Si encore cet « investissement » pouvait satisfaire la majorité des français, ce serait acceptable. Or ce n’est pas le cas, ces élections ont « validé » l’élection d’une équipe LR-EM qui a été choisie par à peine 18% des français… Bonjour la représentativité ! Dans ce conditions, il est un peu déplacé d’aller donner des leçons de démocratie au reste du monde…

Il faudra bien qu’un jour on se pose la question de la représentativité des français dans les membres du gouvernement ou les députés aux assemblées.

Force est de constater que, d’une part ça coûte cher et de plus en plus cher et d’autre part les personnes élues ne représentent qu’une très faible part de la population.

Le tirage au sort est bien plus performant dans ces deux points.

MP

0% pour les plus démunis en 2017

Tout va bien madame la marquise, tout va très bien… surtout pour les grands de ce monde !

Voici le résultat de la politique ultralibérale promue également par notre Macron national et publié par l’OXFAM dans son rapport sur les inégalités dans le monde.

« Le chiffre a été annoncé presque partout : « 82% de la croissance des richesses créées dans le monde l’année dernière ont profité aux 1% les plus riches ». En soi, ce constat est déjà énorme et souligne le degré d’inégalité de ce monde – à dire vrai, le degré de prédation de la part des plus fortunés. La phrase figurant dans le rapport est pourtant tronquée car s’y ajoute « alors que la situation n’a pas évolué pour les 50% les plus pauvres ». Dit autrement, pour 100 euros de richesses créées en 2017, les 1% les plus riches en ont pris 82, il en est resté 18 pour les 49% en dessous et zéro, oui zéro, pour les 50% les plus démunis. »

Extrait de : www.regards.fr

%d blogueurs aiment cette page :